www.aumont-en-halatte.frwww.aumont-en-halatte.frwww.aumont-en-halatte.frwww.aumont-en-halatte.frwww.aumont-en-halatte.frwww.aumont-en-halatte.frwww.aumont-en-halatte.fr
www.aumont-en-halatte.fr
Département de l'Oise
Arrondissement de Senlis
Mairie d'Aumont-en-Halatte :
1, rue Henri Dupriez
Tél. : 03 44 53 63 89
Fax : 03 44 27 81 65
 
Heures d'ouverture au public : 
Lundi : 18 h / 19 h 30
(permanence urbanisme)
Mercredi : 9 h / 11 h
Samedi : 10 h / 12 h
le premier et troisième
samedi du mois
Histoire et Patrimoine >

Patrimoine naturel

 

La Fontaine Saint-Gervais

Pour satisfaire une partie de leurs besoins en eau les habitants avaient aménagé quelques fontaines, près de l’église. L’une d’elle, munie d’une eau particulièrement légère et pure, utilisée en pharmacie, a reçu la bénédiction de l’église qui lui a donné le nom de Saint-Gervais. Située tout près de la petite construction du château d’eau, elle est entourée d’une maçonnerie et protégée par une grille.
L’eau était amenée par une route intérieure à godets, actionnée du dehors par une manivelle. Elle avait un débit modeste, 15 litres à l’heure et un réservoir de 540 litres de contenance. Son système mécanique a été brisé par l’occupation allemande et depuis l’eau n’est plus recueillie
 

Le Lavoir

Son origine remonte à l’acquisition par la commune d’une source voisine de celle de la Fontaine Saint Gervais en 1793, au Prince de Condé. Le 8 mai 1836, le conseil municipal a voté la construction d’un lavoir public alimenté par cette source. Ce dernier a pu être édifié en partie par la vente de bois communaux, mais surtout grâce à la générosité d’une bienfaitrice Madame Causse. Une plaque datée du 13 mai 1842 en fait mention sur place. Les Aumontois payaient une taxe annuelle pour utiliser le lavoir et devaient respecter un règlement très strict.
Son activité s’est ralentie avec l’apparition de l’eau courante dans les maisons. Elle s’est arrêtée en 1975. Restauré une première fois en 1985, il va l’être très prochainement de nouveau grâce à une aide substantielle du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France.
 

La Butte 

Cette petite colline, haute de 124m, domine son environnement et présente l'un des plus beaux points de vue sur les alentours :
- vers le sud la cathédrale de Senlis et sur sa droite la forêt de Chantilly
- vers le nord, Montataire et le plateau de Creil
- vers l'Est le mont Alta et la forêt d'Halatte
- vers l'ouest Apremont et la forêt de la Haute Pommeraie.
Selon la légende, elle serait attribuée à Gargantua, personnage dont Rabelais a écrit les aventures en 1532, qui aurait vidé sa botte pleine de sable à cet endroit, alors qu'il passait par Aumont pour rejoindre le roi Arthus en pays de Galles.
Selon l'histoire, le caractère sacré du lieu est certain. Une borne gravée, découverte au bas de la butte en 1938 en atteste. Des cérémonies païennes se tenaient au sommet de la butte (dès 1258) où brûlait un feu constamment entretenu et où l'on célébrait la Fête des Brandons, fixée à Aumont, par le clergé, le premier dimanche du carême.
Le sable, qui en constitue la masse, est d'une pureté remarquable. Chargé dans des bateaux à Creil, ce sable, de couleur bleuâtre, a été largement exploité au fil du temps. La manufacture de Saint-Gobain, pendant plus de trois siècles, en a utilisé six cent tonnes par an pour la fabrication de cristallerie et d'émaux (mis en fusion avec la soude d'Alicante, il produisait de magnifiques glaces). Il a aussi servi à la fabrication des porcelaines de Creil et de Sèvres.
Une partie de l'exploitation du sable a été utilisée pour couvrir les pistes d'entraînement des chevaux de course dans la région. L'exploitation s'est arrêtée vers 1800, pour éviter la disparition complète de la butte. Entre 1940 et 1944, le sable de la butte a été utilisé par l'armée allemande, pour aménager les pistes de la base aérienne de Creil.

Cette dune très sensible à l'érosion, abrite une flore particulière, comme les Laiches des sables, en touffes reliées les unes aux autres par leurs racines souterraines, qui contribuent à fixer le sable. On y trouve également des robiniers, des buissons de hêtres et des sorbiers et en haut sur le plateau quelques chênes sessiles. Le 13 mars 1993, une grande campagne de reboisement a été entreprise, grâce à une convention signée par la commune avec l’Office National des forêts. 850 plants, leurs protections et 200mètres linéaires de grillage, fournis par l’ONF à des conditions particulières, ont été mis en place par l’association Haultmont. Ce sont ainsi 300 aulnes blancs, 400 robiniers et 150 bouleaux verruqueux qui ont été plantés grâce à cette opération collective, et qui ont permis la réouverture de la butte pour le plaisir des Aumontois et des promeneurs.